Johan

Lead developer

Quand je pense qu’en dix ans…

On a construit une véritable alternative aux GAFA ! Si des clients européens nous choisissent, c’est bien que nous avons un vrai rôle à jouer !

 

Tatillon sur le protocole, ordonnateur de la batterie de tests automatisés garantissant aux solutions Vivlio de maintenir leur excellence, le Lead développeur web s’est taillé une réputation qui décape dans la gestion de son territoire d’expression : « On me surnomme parfois “le sniper” ; j’avoue que j’en joue un peu ! Par contre, je me souviens qu’à mon arrivée ici, une développeuse m’impressionnait, je la redoutais un peu, et elle est devenue une amie ! Mais ma philosophie, c’est surtout “plus j’en apprends, plus je vois ce que j’ignore”. » L’informatique est pour Johan une somme de détails allant jusqu’au respect des indentations, et non des lignes parallèles additionnées sur la fenêtre de son logiciel : « Je veux que tout soit clean, que les méthodes soient simples ! Pas de commentaires qui ne servent à rien, pas d’importations inutiles – j’ai aussi mis en place des outils. C’est essentiel pour réviser le travail des collègues avant le déploiement d’une fonctionnalité ! » Mais qu’on ne s’arrête pas à cette facette « froide et réservée », raccord aux clichés sur les as du clavier ; Johan est de ceux qui se réchauffent par touches, une innocente taquinerie au coin de la bouche, attaché qu’il est à ce code qu’il a quasiment écrit en solo. Le natif de Villefranche-sur-Saône, et qui lui est resté fidèle – « toute ma famille est de la région ! » –, a eu maintes fois l’occasion de démontrer sa fiabilité, lors d’un premier emploi dans le traitement des données météos, puis dès qu’il rejoignit les mousquetaires Vivlio, dont les twittos vantaient le niveau : « La perspective qui m’a convaincu d’intégrer l’entreprise, c’était le contact direct avec les utilisateurs, voir mon travail utilisé par “de vrais consommateurs”, dans “de vraies librairies”. C’est autre chose que de remâcher des flux d’informations ! » Et parce qu’il a surtout souhaité s’occuper d’un produit dans la durée, Johan conserve son exigence au moment de « passer le bébé » à son équipe : « Quand on a un caractère un peu discret comme le mien, on se sent parfois invisibilisé dans les grosses structures ; ici, on m’a même envoyé donner des conférences pour affirmer encore mieux notre légitimité ! »

Le jeune garçon qui rédigeait ses premières instructions en langage BASIC sur l’antique Thomson MO5 parental, le collégien qui reproduisait des briques de Lego en trois dimensions, et bidouillait sa calculatrice pour en faire une console de fortune, ont sans surprise laissé place à l’étudiant studieux de l’INSA : « J’ai toujours su je voulais m’orienter vers l’informatique, faire une prépa intégrée dans une école d’ingénieur. Je ne sais pas chanter, je suis nul en peinture ; devenir développeur m’a permis d’assouvir ma créativité ! » Johan alimenta d’ailleurs très tôt son imagination, par les robots d’Asimov et autres Honor Harrington, par les vaisseaux spatiaux et les paradigmes spéciaux. Mais à son firmament littéraire se déversent les épices de Dune, cet univers tentaculaire dont il arpenta les sables à en perdre pied, des livres papier aux jeux de stratégie épiques, en passant par le premier titre, une aventure en point and click – « j’aime cette capacité à transporter dans un ailleurs régi par des règles cohérentes ; plus rien n’existe autour quand je lis ! » Le Lead développeur web contribue donc fièrement à l’écosystème de la liseuse, élabore des interfaces calibrées pour tous les appareils, défait les nœuds des compatibilités entre les plateformes et même les pays, déploie sa fibre d’intrapreneur vers l’anticipation : « À l’époque, chez Vivlio, on parlait de concevoir une bibliothèque en ligne. Je me suis dit que ça serait marrant à faire, et j’ai commencé à adapter dans mon coin une technologie que j’avais repérée. À présent, cette bibliothèque est l’un de nos produits ! La chaîne du livre, c’est complexe, donc il n’y a jamais de solution simple ! »

Quant à ses penchants bûcheurs, ils ne sont jamais que les symptômes d’une arborescence d’idées en expansion permanente – « il me faudrait limite une double journée pour faire tout ce qui me vient en tête… ! » –, et ils n’empêchent en aucun cas Johan de poursuivre ses petites habitudes. Il y a celle du bocal à fruits secs, dont il fait à heure fixe son encas, et l’immense plaisir de pouvoir se dédier tout entier à ses offices de papa : « J’ai trois garçons très vifs ! Dès le départ, j’ai annoncé que ma vie familiale passerait avant le travail, et comme c’est très souple chez Vivlio, je peux me consacrer à leur éducation, à leurs devoirs, et m’amuser avec eux ! » Son goût pour l’opérationnel et la pratique l’ayant dissuadé de suivre le sillon rectiligne qui voudrait le faire devenir chef de projet – « de toute manière, je n’ai jamais eu un aussi bon manager qu’ici… ! » –, il trimballe sa gourde Vivlio dans les paysages reculés en ski, en baskets ou en VTT, accompagné de sa tribu remuante – et de celle qui a épousé ses élans d’explorateur. De retour au bercail, il modifiera encore les enceintes pour lancer une playlist via un bouton sur le frigo, ou se confectionnera une application sur-mesure, afin de garder un œil sur ses stocks de bières artisanales. Finalement, en vibrant sur plusieurs cordes, il a prouvé qu’à soigner son côté Tony Stark, partout où il a fallu, Johan a su se montrer capable de fabriquer son arc.

Notre site web a détecté que vous utilisez un navigateur obsolète, cela peut vous empêcher d'accéder à toutes les informations ce site. Nous vous conseillons d'utiliser un navigateur récent tel que :
Ne plus afficher
Fermer